Un précédent travail sur les populations d’invertébrés aquatiques, réalisé à partir d’un matériel collecté entre 1984 et 1986, avait permis d’établir un inventaire faunistique de 399 espèces sur l’ensemble du petit fleuve côtier de la Massane dans les Pyrénées-Orientales (66). En 2013, une réactualisation des données qualitatives et quantitatives des populations d’invertébrés aquatiques et subaquatiques nous a permis d’élargir l’inventaire global qui se compose actuellement de 718 espèces, dont 619 appartenant aux insectes et 99 aux autres groupes d’invertébrés. Découvrez le travaux n°101 consacré à cette étude.

Plusieurs espèces citées du bassin supérieur de la Massane sont citées pour la première fois ou connues que de quelques localités en France, et certaines espèces et sous-espèces sont nouvelles pour la science. Le bassin supérieur de la Massane, qui s’étend sur près de 6 km entre les sources frontales et les gorges de Lavall, est classé en Réserve Naturelle Nationale depuis 1973. Sur ce seul territoire, 439 espèces ont été inventoriées, dont 158 espèces de Diptères Chironomidae. La faune de la réserve se caractérise par la présence d’une grande richesse en espèces xylophages et la présence d’espèces de grande valeur écologique est confirmée entre 1984 et 2013. La non intervention sur la ripisylve du bassin supérieur s’avère être la bonne gestion conservatoire pour ce type de territoire protégé par la lois. Entre 1984 et 2013, l’étude montre une dégradation sévère des habitats que couvrent le cours inférieur et l’écosystème méditerranéen côtier. Un bilan établi au cours des trois dernières décennies, révèle une disparition de 51 à 68% des espèces est constatée dans les secteurs situés en amont et en aval de la ville d’Argelès-Sur-Mer. Les habitats délimités par la zone estuarienne, en particulier, sont profondément affectés par les activités humaines (tourisme, camping, pollution, modification des habitats, etc.) où l’on note une prédominance des espèces polluorésistantes.

T101_Page_01

Les principales causes responsables sont :

• la transformation de l’embouchure de la Massane en ’MARINA‘ ;
• l’aménagement de villages touristiques qui ne cessent de s’agrandir ;
• l’absence totale d’espaces restaurés à vocation écologique ;
• le bétonnage des berges et du lit de la rivière aux alentour d’Argelès-Sur-Mer.

Auteurs : J. Breil-Moubayed et  J. Garrigue

Téléchargement : Travaux 101 – Biocénoses aquatiques et subaquatiques de la vallée fluviale de la Massane (66) Étude diachronique 1984-2013

Références complémentaires :

Tome 21 – J. MOUBAYED, 1986 – La rivière Massane – Inventaire faunistique et recherches écologiques