Le 11 avril 2016, la Réserve Naturelle Nationale de la forêt de la Massane était une fois de plus à l’honneur lors de la présentation de l’Habilitation à Diriger des Recherches du Dr Elodie Magnanou.

Membre du Conseil d’Administration de l’association gestionnaire de la réserve, Elodie Magnanou développe l’un de ses volets recherches sur la Massane :

Histoire évolutive de la Hêtraie de la Massane

Grâce aux apports de la palynologie, de l’anthracologie et de la génétique, la contraction et l’expansion des aires de distribution de nombreuses espèces tempérées, au fil des périodes glaciaires et interglaciaires du quaternaire, demeurent bien documentées. En particulier, un faisceau d’arguments suggère que le hêtre Fagus sylvatica était cantonné aux régions du sud de l’Europe lors des périodes glaciaires (Italie, Balkans essentiellement). A la fin de la dernière glaciation (-10 000 ans environ) le hêtre a recolonisé l’ensemble de l’Europe à partir de ces refuges méridionaux. Si les études sont aujourd’hui nombreuses à l’échelle européenne, elles restent fragmentaires à l’échelle régionale et de nombreuses interrogations subsistent quand la présence de refuges dans le sud de la France.

La hêtraie de la Massane est située à basse altitude dans le département des Pyrénées-Orientales, en marge sud de l’aire de distribution de F. sylvatica. Cette configuration lui confère un rôle potentiel de refuge glaciaire.

Nous nous proposons, grâce à des marqueurs moléculaires adaptés à l’échelle spatiotemporelle considérée (microsatellites), de répondre aux questions suivantes :

 1) La Massane constitue-t-elle un refuge glaciaire ?

2) L’histoire évolutive de la hêtraie de la Massane est-elle différente de celle de forêts affectées par les glaciations plus au nord ou plus en altitude ? Si cela est le cas, il devrait en résulter une diversité génétique plus importante sur le site de la Massane.

3) La Massane est entourée d’une ceinture de végétation méditerranéenne. S’agit-il ainsi d’un isolat pour lequel les flux de gènes sont plus réduits avec les forêts les plus proches qu’entre les autres hêtraies de la partie orientale des Pyrénées ? Si oui, il pourrait potentiellement exister un début de différenciation génétique.

Cette étude apportera des éléments clefs sur la dynamique de la hêtraie de la Massane. Elle servira de support à des études ultérieures relatives au degré d’isolement et de particularisme de peuplements faunistiques ou floristiques.

Ces questions revêtent un intérêt majeur dans un contexte de changement global. La Massane, de part sa position dans l’étage méso-méditerranéen est particulièrement vulnérable aux épisodes de canicule et de sécheresse. Elle est également exposée aux risques de pollution environnementale et à l’augmentation de la fréquentation touristique. Quelle est la dynamique passée de cette forêt, et que peut-on en déduire de sa réactivité face aux bouleversements actuels ?

 

source : http://elodie.magnanou.free.fr