L’étude montre l’importance des apports en bois mort d’épisodes comme la conjonction sécheresse/canicule de 2003 ou encore la tempête Klaus du 24 janvier 2009. La résilience de certaines espèces aux crues a pu être mesurée. Le bois mort est une ressource importante de la biodiversité forestière et joue un rôle souvent positif dans les cours d’eau d’un point de vue fonctionnel (abri pour la faune, protection du fond en freinant l’incision, diversification des vitesses d’écoulement, etc.). Les micro-habitats liés au bois mort en rivière présentent un caractère éphémère lié à l’activité hydrologique. A la Massane, ce travail montre que le renouvellement de la ressource est assuré par la non-exploitation de la forêt.
Ce travail a permis d’évaluer le faible risque encouru par les populations et les ouvrages à l’aval induit par la gestion conservatoire de la forêt de la Massane reposant sur la libre-expression de l’écosystème forestier.

Auteurs : Jean-André MAGDALOU, Christophe HURSON et Joseph GARRIGUE

Année : 2009

Télécharger le pdf.