Nous avons entrepris un suivi de Bufo spinosus depuis 2011 sur un transect de 1,7 km à la Massane étendu parfois à l’ensemble du cours d’eau quand les conditions sont optimales.



Ce suivi avait été mis en place pour évaluer l’effet sur la dynamique des populations au regard du changement climatique. L’arrivée de la loutre et du vison d’Amérique sur la Massane a fortement impacté la population de crapauds, créant un biais d’observation. Le sujet a donc évolué vers des mesures d’impact de la prédation. Si l’on prend les deux années de référence où ce comptage a été fait dans des conditions optimales 2015 et 2020, sur l’ensemble de la rivière, alors que les premières prédations ont été notées en 2016, on est passé de 906 individus en 2015 à 196 en 2020 et on a retrouvé 102 cadavres cette année. Le nombre de pontes est passé de 84 à 17.

D’autre part, il est difficile de discriminer loutre ou vison, qui aiment bien tous les deux peler les crapauds.

En conclusion, on peut avoir des grandes ambitions et une volonté de fer de faire, la nature nous surprend toujours… et nous apprend surtout les vertus de la patience…