Vendredi 1er février, l’exposition Vieille forêt était inaugurée à l’Aquarium du Biodiversarium de Banyuls-sur-Mer.

L’évènement s’est déroulé en présence des photographes, Josep Casanova et Josep Casacuberta, et de Joseph Garrigue, auteur des textes de l’exposition et Conservateur de la réserve et en présence de :  Agnès Langevine – Vice Présidente de la Région Occitanie,  Mr le Maire de Banyuls-sur Mer,  Vincent Laudet – Directeur de l’Observatoire Océanologique, Olivier Panaud – Université de Perpignan, Florence Lespine – Directrice de la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes et  Gilles Boeuf – Président de l’Association des Amis de la Massane.

L’article de l’Indépendant :

Independant_05_02_19

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le mot de Diane Sorel, commissaire de l’exposition, Technicienne scientifique, Chargée de mission à la Réserve Naturelle de la Forêt de la Massane

Mesdames – Messieurs, merci de votre présence.

Au nom de l’équipe de la RNN de la foret de la Massane et en tant que commissaire de l’exposition, c’est avec un réel plaisir, que nous vous accueillons aujourd’hui, pour le vernissage de l’exposition « Vieille Forêt ».

Aujourd’hui, la majorité de nos forêts sont exploitées et créées de la main de l’Homme. Les forêts à caractère naturel, dont le fonctionnement a été peu perturbé par les activités humaines, sont extrêmement rares en France et plus que jamais menacées. Le constat est sans appel : seul 0,00045% de nos forêts en libre évolution sont protégées en métropole. Soit environ la moitié de la superficie du lac Léman. Moins de 25 000 ha, 24 794 ha qui portent pourtant en eux les solutions de demain face changement global.

Depuis près de 50 ans, la Réserve de la Massane n’a cessé de porter ce message de  préservation des vieilles forêts, tout en poursuivant constamment l’effort de recherche dans ce domaine. À travers cette exposition, nous vous invitons à découvrir la Massane, à prendre le temps de cultiver notre regard sur la forêt, s’en imprégner et comprendre l’importance de ces vieilles forêts pour la préservation de notre biodiversité. Le travail photographique de Jose Casanova et Josep Casacuberta illustre ici avec justesse et émotion la fragilité de ces écosystèmes complexes.  À l’heure du tout numérique, l’utilisation de la photo argentique leur a permis de retranscrire le rythme de la forêt, en figeant sur la pellicule les effets du vent, du soleil et du temps…

La sélection des photos fut particulièrement difficile pour nous, tant ce travail fut riche. Nos choix se sont portés sur les clichés les plus proches de nos messages.   L’ensemble de l’exposition, ainsi que le livre qui l’accompagne ont été conçus et réalisés par l’équipe de la Réserve. Un livre d’art, avec une sélection de photos plus étendue, sera prochainement disponible. Ces 26 tirages grand format sont accompagnés des textes Joseph Garrigue, Conservateur de la Réserve, qui évoque ici toute l’importance de préserver des forêts anciennes en libre expression.

Car au-delà de la Réserve de la Massane, il existe encore quelques îlots de vieilles forêts. Il est urgent de les regrouper au sein d’un réseau écologique solide et de les préserver durablement. L’inventaire des vieilles forêts des Pyrénées en Région Occitanie  est un véritable encouragement dans ce sens, tout comme l’intégration de cette dynamique à la charte forestière du Pays Pyrénées Méditerranée.  De plus, cet inventaire est également en cours côtés catalan et espagnole. Mais au-delà de cet inventaire, il est capital de mettre en oeuvre les outils de leur préservation à long terme. De récentes études de l’INRA démontrent qu’une superficie de 20ha est un minimum pour conserver des îlots fonctionnels. Alors, pourquoi ne pas commencer par dédier 20 ha à la nature sur chaque commune forestière ?

Nous tenons à adresser nos remerciements aux photographes Josep Casacuberta et Jose Casanova, ainsi qu’à Olivier Panaud, Professeur à l’Université de Perpignan, à l’initiative de ce projet art/science. Ce projet, porté par la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes, a pu voir le jour grâce au soutien financier de la Région Occitanie et du Département des Pyrénées-Orientales, à qui nous adressons tous nos remerciements, dans un contexte financier particulièrement difficile pour les Réserves Naturelles Nationales. Nous remercions M. Vincent Laudet pour nous laisser librement disposer de cet espace d’exposition, ainsi que l’équipe de l’Observatoire de Banyuls et du Biodiversarium pour leur accueil et leur aide technique. Merci à Josep Vila, Élodie Magnanou, Gilles Boeuf et à l’ensemble du conseil d’administration des Amis de la Massane pour leur aide, notamment Inge et Uli pour l’organisation de cette inauguration. Merci à l’ensemble de nos collègues de la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes, qui ont de près ou de le loin participé à ce projet commun. Enfin, une pensée pour nos collègues de l’ONF qui luttent actuellement pour faire reconnaître l’importance des forêts au delà des aspects de production.

 

Le mot de Jean-André Magdalou, Technicien scientifique, Chargé de mission à la Réserve Naturelle de la Forêt de la Massane

Mes collègues m’ont demandé de rappeler le cadre transfrontalier de cette belle initiative. Il m’ont demandé de le faire également en catalan. …

Il m’appartient donc de rappeler que la réserve naturelle de la Massane a été créée par un décret du 12 août 1973. Elle est ainsi la première réserve naturelle des pays catalans. Ce haut niveau de protection avait été particulièrement bien accueillie à l’époque par les associations, les naturalistes et de nombreux chercheurs qui connaissaient déjà l’intérêt de cette forêt.

Cette belle forêt est reconnue comme une station scientifique de référence. Elle est reconnue depuis très longtemps pour son rôle jouée comme laboratoire naturel pour étudier, expérimenter et comprendre.

Les relations avec nos collègues catalans sont nombreuses et anciennes. La réserve a toujours joué un rôle important déjà pour la reconnaissance de la race locale bovine du massif. Déjà pendant les années 70. Puis, ces relations et ces échanges ont été de plus en plus nombreux.

Nous accueillons régulièrement des collègues catalans et depuis quelques années, de manière très régulière, les étudiants en biogéographie de l’université de Girona, les étudiants dirigés par Josep Vila, auteur de la préface de ce livre.

Nous avons développé de nombreuses collaborations avec l’université de Barcelone, l’Université autonome, l’Université de girona, le CREAF et l’ICHN. Nous participons de la manière assidue aux différentes journées techniques sur la thématique des vieilles forêts. Les premières avait eu lieu en 2002 a Les planes de Son. Nous nous y étions rendus avec Monsieur Travé. Joseph Travé avait alors présenté ses travaux sur la faune du sol des écosystèmes forestiers et les microarthropodes d’un arbre tombé à la Massane et suivi pendant plus de 14 ans. 

Avec cette initiative, nous prolongeons ainsi un chemin. Et nous espérons contribuer à renforcer les liens avec nos collègues du versant sud pour une meilleure prise en compte de l’intérêt de conserver ces vieilles forêts d’un côté et de l’autre des Pyrénées.

Els meus companys m’han demanat que recordi el marc transfronterer d’aquesta gran iniciativa. M’han demanat de fer-ho també en català. Em cal recordar que la reserva natural de la Massane va ser creada per un decret del 12 d’agost de 1973. És aixi la primera reserva natural dels països catalans. Aquest alt nivell de protecció va ser especialment ben acollit al sud de l’Albera per les associacions de l’època, els naturalistes, i els investigadors que ja coneixien l’intérès d’aquest bosc.

Aquest bosc tan maco és reconegut com una estacio cientifica de referencia. Es reconegut pel seu paper jugat com a laboratori natural per estudiar, experimentar i comprendre.

Les relacions amb els nostres col·legues catalans són moltes i velles. La reserva ha tingut sempre un paper important ja en el reconeixement de la raça ramadera local. Ja durant els anys 70. Aquestes relacions i intercanvis han anat creixent en nombre.

Convidem regularment col·legues catalans i des de fa uns anys, acollim de forma sovintejada, els estudiants de Biogeografia de la Universitat de Girona, els estudiants dirigits per Josep Vila, autor del prefaci d’aquest llibre.

Hem desenvolupat moltes col·laboracions amb la Universitat de Barcelona, l’UA, la de Girona, el CREAF i l’ICHN. Participem diligentment en les diferents jornades tecniques sobre aquesta tematica, la dels boscos madurs. Les primeres van tenir lloc al 2002. Hi vam anar amb el senyor Travé. Josep Travé havia presentat les seves recerques sobre la fauna del sol del ecosistemes forestals i els microartropods d’un arbre caigut a la Maçana i seguit durant més de 14 anys.

Amb aquesta iniciativa, continuem així el camí. I esperem ajudar a enfortir els lligams amb els nostres col · legues del sud per a una millor consideració de l’interès de conservar aquests boscos madurs d’un costat com de l’altre del Pirineu.